05/04/2005

Million Dollar Baby : Eastwood au sommet de son art

Lors de la dernière cérémonie des oscars, le 27 février dernier, "Million Dollar Baby" a triomphé face au "The Aviator" donné favori dans les premiers temps de la compétition à la statuette dorée mais finalement battu par K.O. par cette oeuvre à petit budget ayant déjà glané les récompenses les plus prestigieuses du cinéma américain (Golden Globes, DGA Award, ...) et s'est ainsi vu attribuer, à juste titre, quatre des oscars les plus prestigieux : meilleur film (Clint Eastwood, Albert S. Ruddy, Tom Rosenberg), meilleur réalisateur (Clint Eastwood), meilleure actrice (Hillary Swank), meilleur second rôle masculin (Morgan Freeman).
 
Adapté du roman "Burn ropes" ("Cordes brûlées") de l'ex-entraineur de boxe F.X. Toole, (décédé depuis) par le scénariste Paul Haggis, ce mélodrame puissant derrière son aspect de film de boxe, plusieurs grand thèmes qui en font plus qu'un simple film de boxe, féminine ici : la réussite à tout prix au-delà des clivages sociaux; le star-system et le fanatisme du public; les relations familiales; la foi chrétienne; la maladie; la vieillesse; l'euthanasie.
 
Résumer l'histoire serait anticiper le coup de poing que nous envoie ce film au moment le plus inattendu. Nous nous contenterons donc de présenter la situation au début du film, celle de Frankie Dunn,'un vieil entraîneur de boxe (Clint Eastwood) courant après une gloire qui lui a fait défaut jusqu'ici et voit débarquer dans sa salle de sport Maggie Fitzgerald (Hillary Swank), une jeune femme désirant sortir de la misère en devenant boxeuse et qui demande que Frankie soit son coach, ce qu'il refuse d'abord. Mais son vieux comparse Eddie Scrap (Morgan Freeman) va le persuader d'entraîner Maggie ...
 
Le mythe vivant du cinéma mondial qu'est Clint Eastwood réalise ici, à 74 ans, un authentique tour-de-force en mettant en scène et interprétant ce chef-d'oeuvre qu'est "Million Dollar Baby". Il n'a pas volé son oscar de meilleur réalisateur, nous donnant une véritable leçon de cinéma, avec des plans ingénieux et, comme l'on déjà fait remarquer plusieurs critiques, ne nous offrant aucune image inutile: il n'y a aucune longueur dans ce film et chaque plan relève d'un travail remarquable de mise en scène (pensons à ces combats de boxes filmés avec dynamisme et cruauté, la violence de ce sport nous apparaissant comme insupportable quand elle touche l'héroïne à qui le spectateur a pris le temps de s'attacher). De plus, Eastwood l'acteur s'est trouvé devant sa propre caméra une de ses meilleures performances, celle d'un homme âgé -pour la première fois, Eastwood accuse le poids des ans devant la caméra- rongé par des tourments intimes qui marquent son visage (l'expressivité du jeu est frappante chez Clint Eastwood).
 
Enfin, que dire des performances oscarisées d'Hillary Swank et de Morgan Freeman, sinon qu'elles ont trouvé leur juste récompense. Hillary Swank incarne de tout son corps la boxeuse Maggie, mêlant émotion dans les moments intimes et réelle prouesse physique lors des scènes d'entrainement et de combat, traduisant avec brio la rage de vaincre de son personnage et, l'expression se justifiera dans le film, sa volonté de réussir sa vie. Morgan Freeman a enfin trouvé le rôle qui lui a permi une reconnaissance par ses pairs, son personnage servant d'observateur et de narrateur dans le film, vieux boxeur nostalgique du ring, vieux baroudeur au coeur tendre, témoin de la relation filiale entre Frankie et Maggie.
 
Assurément, ce film est unique à plus d'un titre, ses qualités artistiques évidentes (réalisateur, interprétation, scénario, montage, photographie, musique signée Clint Eastwood) rendant ce chef-d'oeuvre d'autant plus précieux que très peu de films ces dernières années ont réussi à combiner cinéma d'auteur et audience grand public. Sans l'ombre d'un doute, "Million Dollar Baby" aura sa place au panthéon du cinéma.

21:14 Écrit par Administrateur | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |